Alerte Belarus: 7 défenseurs toujours détenus 1 an après les mesures anti-droits humains
Omct individual regions map europe and central asia 01 01
Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants: ratification ou adhésion État partie depuis le 2 aout, 1988. État partie au Protocole facultatif à la Convention (OPCAT) depuis le 27 septembre, 2011
Dernier examen 2016 Lire le dernier examen

Turquie

Tour d’horizon

La Turquie se trouve actuellement à un tournant extrêmement délicat de son histoire. Après avoir connu une courte période de démocratie relative, elle a aujourd’hui manifestement rejoint les régimes autoritaires de la région. Le déclin des valeurs démocratiques se traduit par des assassinats de journalistes, d’avocat·e·s et de défenseur·e·s des droits humains, qui se succèdent sans que leurs auteurs ne soient inquiétés par la justice. Les forces de l’ordre et l’armée jouissent d’une impunité pratiquement totale. Des milliers de civils ont été tués dans le cadre du couvre-feu imposé depuis cinq ans dans les provinces du sud-est du pays, sans que la moindre enquête ne soit ouverte sur les circonstances de ces faits.

Depuis la tentative de coup d’État manquée de 2016, l’étau s’est en outre encore resserré autour des libertés et des droits civils. La législation contre le terrorisme est largement utilisée pour faire taire et réprimer les défenseur·e·s des droits humains, les militant·e·s et les opposant·e·s politiques. La répression menée contre les défenseur·e·s des droits humains a pris un tour systématique. Celles-ci/ceux-ci sont notamment la cible de poursuites pénales très fréquentes, dans un pays où la justice est largement utilisée pour réprimer toute dissidence, dans le cadre de procédures qui violent de façon éhontée le droit de tout individu de bénéficier d’un procès équitable.

Les membres de notre réseau actifs dans ce domaine

Inscrivez-vous

Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières actualités et alertes