Alerte: Nouveau rapport : l’Europe met la solidarité avec les migrants hors la loi
Omct individual region map america 01
Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants: ratification ou adhésion État partie depuis le 30 septembre, 1998. État partie au Protocole facultatif à la Convention (OPCAT) depuis le 12 décembre, 2008
Dernier examen 2018

Chili

Tour d’horizon

Le Chili est en proie depuis quelques années à une crise des droits humains majeure. De nombreux cas de brutalité policière et de recours abusif à la force contre des manifestant·e·s de la part des forces de sécurité sont signalés, ces dernières agissant avec l’intention affichée de « punir et de donner une leçon ». Il y a également de nombreuses plaintes concernant l’application abusive de la législation antiterroriste et la répression contre le peuple mapuche.

Il faut y ajouter des allégations de mauvais traitements à l’égard de manifestant·e·s arrêté·e·s et d’actes de violence sexuelle perpétrés sur des femmes et des jeunes filles lors de manifestations estudiantines. Les décès de mineur·e·s et les allégations de torture et d’autres mauvais traitements dans des centres d’hébergement protégé sont en outre très préoccupants. Centaines informations indiquent que des membres du personnel, notamment du personnel médical, commettent des actes de torture et des abus sexuels sur la personne de mineur·e·s en détention. La plupart de ces actes restent impunis. L’OMCT, en liaison avec son partenaire local Observatorio Ciudadano, signale les allégations de recours généralisé et abusif à la violence par certains responsables de l’application des lois lors des manifestations.

Les membres de notre réseau actifs dans ce domaine

Inscrivez-vous

Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières actualités et alertes