Alerte Belarus: 7 défenseurs toujours détenus 1 an après les mesures anti-droits humains
Omct individual regions map europe and central asia 01 01
Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants: ratification ou adhésion État partie depuis le 9 février, 1989. État partie au Protocole facultatif à la Convention (OPCAT) depuis le 15 janvier, 2013
Dernier examen 2019 Lire le dernier examen

Portugal

Tour d’horizon

Le Portugal a encore du chemin à faire pour protéger la dignité humaine, malgré une certaine amélioration en matière de mise en conformité des politiques publiques et de la législation avec la Convention contre la torture. On y voit des cas de recours abusif à la force et d’abus de la part de la police, visant en particulier des personnes appartenant à certains groupes, notamment ethniques. Malgré les mesures prises pour réduire la surpopulation dans les prisons, le taux d’occupation reste élevé dans certains lieux de détention, d’où de mauvaises conditions de vie pour les détenu·e·s. La réglementation relative à la détention à l'isolement, qui peut atteindre 30 jours dans le cas de plusieurs infractions graves, n’est pas conforme aux normes internationales en matière de droits humains. Des cas de détention abusive de demandeur·se·s d'asile sont également signalés, notamment en application de mandats de détention de migrant·e·s, sans que les personnes visées aient fait l’objet d’une évaluation individuelle et sans que des mesures de substitution aient été envisagées.

Inscrivez-vous

Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières actualités et alertes