Alerte: la répression des défenseur.e.s des droits humains au Belarus doit cesser

Tour d’horizon

Bien que la Tunisie ait fait des progrès considérables en termes de respect des droits humains et de l’état de droit depuis la révolution de 2011, elle a encore de nombreuses réformes législatives, institutionnelles et politiques à accomplir. L’état d'urgence décrété en 2015 est toujours en vigueur, la Cour constitutionnelle n’a pas encore été mise en place et la police continue de se livrer à des abus dans les commissariats et les prisons. Les auteurs d’actes de torture jouissent d’une totale impunité. Il n’existe à l’heure actuelle aucune volonté politique d’obliger les membres des forces de sécurité responsables de tels actes à rendre des comptes. Le bureau tunisien de l’OMCT, via son programme SANAD, s’efforce d’apporter une assistance psychologique, médicale, sociale et juridique aux victimes de la torture et d’autres mauvais traitements. Nous travaillons également au renforcement des institutions, dans le cadre de partenariats avec des organismes d’État et d’actions de plaidoyer.

Les membres de notre réseau actifs dans ce domaine

Inscrivez-vous

Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières actualités et alertes