Alerte: Appel urgent à lever les restrictions liées au Covid-19 en prison
Algérie
02.05.22
Déclarations

Algérie: Détention arbitraire et mauvais traitements à l’encontre de Merzoug Touati

34 Organisations internationales saisissent les rapporteurs spéciaux de l’ONU sur la détention arbitraire et mauvais traitements à l’encontre de Merzoug Touati.

Alger, le 29 Avril 2022 : Le 3 janvier 2022, Merzoug Touati a été condamné en Algérie à un an de prison ferme pour outrage à corps constitué et diffusion de fausses informations. Son seul tort est d’avoir exercé son métier de journaliste en dénonçant les conditions d'incarcération d’un autre détenu, Mohamed Baba Nadjar. Journaliste engagé, Merzoug Touati, à travers son travail, aborde les difficultés socioéconomiques des citoyen.nes algérien.nes, la faillite des politiques publiques à l’échelle locale et nationale, et dénonce publiquement les atteintes graves aux libertés fondamentales dans son pays. Défenseur des droits humains, il a déjà été arrêté et incarcéré à plusieurs reprises ces dernières années. Ce harcèlement et cet acharnement judiciaire sont révélateurs de la restriction des libertés et de la répression systématique que subissent les journalistes, les avocat.es et bien d’autres acteurs de la société civile algérienne, depuis le commencement du Hirak populaire en février 2019.

Incarcéré à la prison de Ghardaïa, qui se trouve à 700 km de son lieu de résidence, Merzoug Touati a entamé le 29 Mars 2022 une grève de la faim ignorée par les services pénitentiaires. Le protocole de soins adéquat pour les grévistes de la faim lui ayant été refusé, le journaliste a finalement dû être hospitalisé d’urgence à l’hôpital de Ghardaïa. Il a été transféré depuis à la prison de Bouira.

La détention arbitraire de Merzoug Touati est la conséquence directe de l’exercice de ses libertés de conscience, d’opinion et d'expression. Elle a lieu dans un climat général de négation des libertés fondamentales individuelles et collectives en Algérie, touchant particulièrement les journalistes et les médias en ligne. Les mauvais traitements et intimidations physiques et morales dont est victime Merzoug Touati sont extrêmement préoccupants, et ne peuvent que rappeler le décès après une grève de la faim des détenus Mohamed Tamalt et Kamal Eddine Fekhar en 2016 et 2019.

Le Collectif des Familles de Disparu(e)s en Algérie, ainsi que 35 ONG algériennes, françaises, et internationales appellent donc, à travers un appel urgent auprès des Mécanismes spéciaux onusiens et africains, les autorités algériennes à libérer immédiatement le détenu Merzoug Touati, à cesser le harcèlement systématique exercé à l’encontre des journalistes et défenseurs des droits humains et à garantir leur travail libre sans craintes de représailles. Nos organisations expriment également leurs vives inquiétudes face à la multiplication des détentions arbitraires de journalistes, et invitent les autorités algériennes à cesser ces pratiques, respectant ainsi les conventions internationales relatives à la liberté d’expression et au droit à un procès équitable, ratifiées par l’Algérie.

Organisations signataires:

- Le Collectif des familles de disparu(e)s en Algérie (CFDA)

- La Fédération euro-méditerranéenne contre les disparitions forcées

- Institut du Caire pour les Droits de l’Homme (CIHRS)

- L’association des parents et amis de disparus au Maroc

- FIDH, dans le cadre de l’Observatoire pour la Protection des
Défenseurs des Droits Humains

- OMCT (Organisation mondiale contre la torture), dans le cadre de
l’Observatoire pour la Protection des Défenseurs des Droits Humains

- Amnesty International, bureau régional de Tunis

- Amnesty International Section française

- Centre Justitia pour la protection légale des droits humains en Algérie

- SODEPAU (Solidaritat, desenvolupament i Pau) Catalunya

- Euromed Droits

- NOVACT

- Article 19

- Reporter sans frontières

- African Defenders

- Riposte internationale

- Association Nachaz-Tunisie

- Organisation contre la torture en Tunisie

- Agir pour le changement et la démocratie (ACDA)

- Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (LADDH)

- Union Syndicale solidaire

- Confédération Générale autonome des travailleurs en Algérie (CEGATA)

- La ligue Tunisienne pour la défense des droits de l’Homme

- Syndicat National Autonome des Personnels de l’Administration Publique
(SNAPAP)

- SOS MIGRANTS ASBL Belgique

- CEDETIM

- Association pour L’alternative

- Association "Droits devant "

- Le Comité pour le Respect des Libertés et des droits de l’Homme en
Tunisie (CRLDHT)

- SOS RACISME

- Association Le Pont Genève

- Association Tunisienne de défense des libertés individuelles

- MOUNTADA ETTAJDID Tunis

- Ligue des Droits de l’Homme - France

Inscrivez-vous

Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières actualités et alertes