Alerte: Notre rapport annuel interactif est en ligne. Consultez-le ici!
Tchad
21.04.21
Déclarations

Tchad : Une transition à haut risque suite au décès du Président Idriss Déby

Communiqué de presse conjoint, 21 avril 2021

N’Djamena, Genève - La passation inconstitutionnelle du pouvoir suite au décès brusque du Président tchadien Idriss Déby Itno, le 20 avril 2021, pourrait plonger le pays dans l’insécurité. Le Groupe d’intervention judiciaire en Afrique et les organisations tchadiennes membres du Réseau SOS-Torture craignent des violences généralisées et des violations graves des droits humains.

« La prise du pouvoir par un groupe de militaires à travers le Conseil Militaire de Transition (CMT) pour une durée de 18 mois, ne répond ni aux dispositions de la constitution de décembre 2020, ni à celles prévues par la Charte africaine pour la démocratie et la bonne gouvernance en matière de vacance du pouvoir » affirme Maître Jacqueline Moudeina, membre de l’Association Tchadienne pour la Promotion des Droits de l’Homme (ATPDH).

Depuis plusieurs mois, le Tchad traverse une crise politique depuis la décision du défunt Président de briguer 6e mandat. Le processus électoral a été marqué par des persécutions et poursuites judiciaires ainsi que l’arrestation arbitraire de plus de 112 leaders et membres des partis politiques de l’opposition et de défenseurs des droits humains. Au cours des semaines précédant la campagne électorale, les forces de sécurité ont fait un usage disproportionné et illégitime de la force contre des manifestants pacifiques.

« Dans ce contexte il est à craindre que ceux qui contestent la prise du pouvoir par les militaires fassent l’objet d’atteintes graves à leurs libertés fondamentales y compris à leur intégrité physique, par des actes de torture et de mauvais traitement » s’inquiète Maitre Salomon Nodjitoloum Président de l’Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture (ACAT-Tchad).

Selon Baldal Oyamta, Coordonnateur national de la Ligue Tchadienne des droits de l’homme (LTDH) : « L’urgence est de mettre un terme aux hostilités entre les belligérants en décrétant un cessez-le-feu et d’organiser un dialogue inclusif pour favoriser une transition pacifique, apaisée et respectueuse de la Constitution et des droits fondamentaux qu’elle consacre »

Le Groupe d’intervention judiciaire en Afrique et les organisations tchadiennes membres du Réseau SOS-Torture invitent la communauté internationale dont les Nations unies et l’Union africaine à veiller au respect des standards internationaux en matière de démocratie et de droits humains afin d’éviter que la situation au Tchad ne débouche sur une crise politique grave avec des effets sécuritaires dans la région.

Les avocats ci-dessous sont signataires :

  • Maître AMAZOHOUN Ferdinand, Collectif des associations contre l’impunité́ au Togo (CACIT)/Togo
  • Maître DONOU Thérèse, Collectif des associations contre l’impunité́ au Togo (CACIT)/Togo
  • Maître AMEGAN Claude, Collectif des associations contre l’impunité́ au Togo (CACIT)/Togo
  • Maître DOUMBIA Yacouba, Mouvement Ivoirien des Droits de l’Homme (MIDH)/ Cote d’Ivoire
  • Maître TRAORE Drissa, Organisation des Femmes actives de Côte d'Ivoire (OFACI)/ Cote d’Ivoire
  • Maître SOUILAH Mohsen, Centres SANAD/ Tunisie
  • Maître RAHMOUNE Aissa, Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADH)/ Algérie
  • M. LOUBASSOU Christian, Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (ACAT-Congo) / République du Congo
  • Maître NKONGHO Felix, Center for Human Rights and Democracy in Africa (CHRDA)/ Cameroun
  • Maître WEMBOLUA Henri, Alliance pour l’Universalité des Droits Fondamentaux (AUDF)/ RDC
  • Maître Annie Masengo, Réseau des Défenseurs des Droits de l’Homme (RDDH)/ RDC
  • Maître NODJITOLOUM Salomon, Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (ACAT/TCHAD)
  • Maître Moudeina Jacqueline Association Tchadienne pour la Promotion et la Défense des Droits de l'Homme (ATPDH)/ TCHAD
  • M. OYAMTA Baldal, Ligue Tchadienne des droits de l’homme (LTDH)/ TCHAD
  • Maître Delphine Djiraibe Public interest Law Center (PILC)/TCHAD
  • Maître NIYONGERE Armel, SOS Torture Burundi/ Burundi
  • Maître NTIRANYUHURA Divine, Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (ACAT-Burundi)
  • Maître Zaninyana Jeanne d’Arc, Collectif des Avocats pour la Défense des Victimes de Crimes de Droit International commis au Burundi (CAVIB)/ Burundi

Le groupe d’intervention judiciaire SOS-Torture en Afrique est un groupe d’avocats du Réseau SOS-Torture de l’OMCT qui vise à contribuer à renforcer la prévention, la responsabilisation et la réparation des cas de torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Il est constitué de 16 avocats africains et se trouve sous le parrainage de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT) et du Collectif des associations contre l’impunité́ au Togo (CACIT).


Contact presse :
Iolanda Jaquemet, Directrice de la communication
ij@omct.org
(+) 41 79 539 41 06

Inscrivez-vous

Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières actualités et alertes