Alerte: Algérie : Dissolution de la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme
Omct individual regions map africa 01 01
Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants: ratification ou adhésion État partie depuis le 5 novembre, 2002
Dernier examen 2011 Lire le dernier examen

Djibouti

Tour d’horizon

Le Djibouti est dirigé par le président autoritaire Ismail Omar Guelleh depuis 1999. Le gouvernement du président Guelleh a été accusé par l'opposition de corruption, de truquage des élections nationales et de graves violations des droits humains. Le Djibouti a ratifié la « Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants » en 2002. Cependant, les rapports faisant état d'arrestations illégales et arbitraires et d'exécutions extrajudiciaires, en particulier de défenseurs des droits humains et de journalistes, de restrictions de la liberté d'expression, de cas de traitements inhumains et dégradants par le gouvernement et de conditions de prison et de détention difficiles sont monnaie courante.

La pandémie de Covid-19 a mis en évidence la surpopulation et l'insalubrité de la prison centrale de Gabode et du centre de détention de Nagad – principalement utilisés pour détenir les migrants. Selon les rapports, les conditions matérielles déficientes de ces établissements, notamment la non-séparation des délinquants violents et non violents et le manque de ventilation et d'eau potable, violent les normes fixées par la Convention des Nations unies contre la torture.

En 2021, Djibouti a connu une levée de boucliers contre les mauvais traitements infligés au lieutenant Fouad Youssouf Ali, arrêté arbitrairement par la police pour avoir critiqué le gouvernement et le vol d'un avion militaire. Des manifestants participant à des marches de soutien au Lieutenant Fouad ont été arrêtés. L'OMCT est préoccupée par les signalements d'arrestations arbitraires de journalistes, de blogueurs et de membres de l'opposition.

Fait marquant, le gouvernement a adopté en 2021 la Loi sur la protection (Protection Law) permettant l’assistance et la prise en charge de toutes les femmes et de tous les enfants victimes de violence, de harcèlement sexuel et de discrimination.

Inscrivez-vous

Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières actualités et alertes