Alerte: Notre rapport annuel interactif est en ligne. Consultez-le ici!

Tour d’horizon

Bien qu’il applique des politiques publiques et des mesures efficaces pour lutter contre la torture sous toutes ses formes sur son territoire, le Canada reste confronté à de nombreux problèmes. La croissance de la population carcérale est exclusivement due à une augmentation du taux d’incarcération des populations autochtones et d’autres minorités, comme les personnes originaires d’Asie, les Latino-Américains ou les Noirs, autant de groupes surreprésentés dans les prisons. La ségrégation administrative que constitue la détention à l'isolement touche de manière disproportionnée les détenu·e·s autochtones, en particulier les femmes, et les Noirs. En outre, malgré les lois et les programmes nationaux adoptés pour remédier à cette situation, les filles, les femmes et les personnes autochtones bispirituelles sont toujours confrontées à des actes de violence et à des abus pouvant aller jusqu’au meurtre ou à la disparition. Le sort des enfants placés en détention par les services d’immigration et qui ne disposent pas de droit d’examen indépendant de la mesure les frappant constitue également un défi majeur pour le Canada. L’OMCT et son réseau SOS-Torture sont attentifs aux informations faisant état de violences à l’égard de ces minorités.

Les membres de notre réseau actifs dans ce domaine

Inscrivez-vous

Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières actualités et alertes