Alerte: Suivez l'actualité des droits humains sur notre site et nos réseaux sociaux!
Omct individual regions map europe and central asia 01 01
Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants: ratification ou adhésion État partie depuis le 16 aout, 1996. État partie au Protocole facultatif à la Convention (OPCAT) depuis le 28 janvier, 2009.
Dernier examen 2016 Lire le dernier examen

Azerbaïdjan

Tour d’horizon

Le gouvernement s’est lancé en 2014 dans une répression sans précédent de la société civile. Accusé·e·s de malversations financières sur la foi d’éléments de preuve forgés de toutes pièces, plusieurs défenseur·e·s des droits humains de premier plan ont rejoint en prison les détenu·e·s politiques qui s’y trouvaient déjà. Bien que la plupart aient été libéré·e·s depuis sous la pression de la communauté internationale, après avoir passé plusieurs années en prison, le sort de ces militant·e·s reste précaire, en raison, notamment, de lois qui interdisent aux ONG de défense des droits humains de se faire enregistrer en tant que telles, du gel des comptes en banque de certaines organisations, des restrictions considérables imposées au financement venant de l’étranger, de l’absence d’espaces publics susceptibles d’accueillir des manifestations en faveur des droits fondamentaux, de la fermeture des bureaux de certains groupes ou encore d’interdictions arbitraires de déplacement.

Le harcèlement des voix dissidentes ne s’arrête pas à la frontière. En effet, l’Azerbaïdjan n’hésite pas à faire un usage abusif des mandats d’arrêt d’Interpol pour tenter de faire taire les défenseur·e·s des droits humains et les opposant·e·s politiques en exil. Il ignore en outre les arrêts de la Cour européenne des droits de l’homme concernant les défenseur·e·s des droits humains. L’Azerbaïdjan occupe la troisième place dans la région en termes de nombre de journalistes emprisonné·e·s, derrière la Turquie et la Russie. Les conditions de détention restent déplorables. C’est en Azerbaïdjan que l’on relève le plus grand nombre de décès en détention de toute la région du Caucase du Sud.

Les membres de notre réseau actifs dans ce domaine

Inscrivez-vous

Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières actualités et alertes