Alerte Belarus: 7 défenseurs toujours détenus 1 an après les mesures anti-droits humains

Tour d’horizon

Au printemps 2019, la tenue d’une parodie d’élections présidentielles et la décision de rebaptiser la capitale kazakhe en l’honneur de l’ancien chef de l’État ont entraîné une série de manifestations. Le pouvoir a riposté en réprimant violemment les manifestant·e·s et les militant·e·s de la société civile. Lors de son dernier examen, en 2014, le Comité contre la torture des Nations unies des Nations unies a souligné l’absence d’organismes indépendants à même d’enquêter efficacement sur les plaintes pour torture et d’inspecter en toute indépendance les lieux de détention. L’OMCT plaide depuis des années pour la libération des défenseur·e·s des droits humains et des militant·e·s emprisonné·e·s.

Inscrivez-vous

Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières actualités et alertes