Alerte: Notre rapport annuel interactif est en ligne. Consultez-le ici!

Tour d’horizon

Le Liban a attendu 18 ans après avoir ratifié la Convention contre la torture, en 2000, pour enfin faire de la torture une infraction réprimée par le Code pénal. Toutefois, dans la pratique, la loi ne suffit pas à empêcher les forces de l’ordre et de sécurité de recourir à la torture. Les informations disponibles montrent que des centaines de personnes, dont des enfants, sont encore torturées dans le cadre d’enquêtes ou dans des centres de détention. Les sévices débouchent même dans certains cas sur la mort de la victime. À défaut d’une mise en œuvre appropriée de la loi contre la torture, les mesures prises par Liban pour lutter contre ce fléau ne peuvent pas porter pleinement leurs fruits et la culture de l’impunité ne peut que perdurer. L’OMCT s’efforce de faire pression sur les autorités pour que la loi contre la torture soit pleinement appliquée.

Les membres de notre réseau actifs dans ce domaine

Inscrivez-vous

Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières actualités et alertes