Éthiopie
08.05.01
Interventions urgentes

Ethiopie: actes cruels et inhumains contre des enfants de la rue à Addis Ababa.

EXACTIONS ENFANTS
Cas ETH 080501.EE


Le Secrétariat international de l'OMCT requiert DE TOUTE URGENCE votre intervention dans la situation suivante en Ethiopie.

Brève description de la situation:

Le Secrétariat international de l'OMCT a été informé par l’Ethiopian Human Rights Council (EHRCO), un membre du réseau de l’OMCT, que le gouvernement est engagé dans des actions cruelles et inhumaines contre des enfants de la rue à Addis Ababa.

En raison du récent conflit entre l’Erythrée et l’Ethiopie, des enfants qui n’ont pas de parents ou de proches suffisamment aisés pour les soutenir sont obligés d’interrompre leur éducation. Les rues, les églises, les mosquées et les stations de bus et de taxis des villes éthiopiennes voient apparaître un nombre toujours plus important de ces citoyens sans défense.

Selon les informations reçues, depuis février 2001, le gouvernement a tenté de résoudre ce problème en les rassemblant, en les emmenant et en les abandonnant aux hyènes et autres animaux sauvages dans les forêts qui se trouvent hors de la ville. De nombreux enfants entendus par l’EHRCO ont rapporté que certains de leurs amis, surtout les plus jeunes et les plus faibles, qui avaient été emmenés avec eux dans ces forêts, ne sont pas encore rentrés jusqu’à maintenant.

Par exemple, selon les informations reçues, Yirgalem Melaku, 14 ans, figurait parmi ceux qui ont été enlevés le 29 avril, emmenés à Dukem et abandonnés dans la forêt. Yirgalem n’est pas rentré et le lieu où il se trouve reste inconnu. Ses amis craignent qu’il ait été mangé par les hyènes.

Selon l’EHRCO, entre mars et avril 2001, la police a détenu des enfants indigents dans le camp d’entrainement de Kolfe. Ces derniers ont été obligés de pratiquer des “sports” militaires et ont ensuite été emmenés et abandonnés dans des endroits tels que Dukem, Sebeta, et Kara Qore. Certains de ces enfants ont réussi à rentrer à Addis Ababa malgré les menaces qu’ils avaient reçues de la part de la police de ne pas retourner en ville. Comme il a été rappelé ci-dessus, on craint que certains n’aient pas eu cette chance.

En plus de ce que le gouvernement est en train de faire subir aux indigents, il a commencé une campagne similaire contre les enfants qui essaient de survivre et de soutenir leurs familles en vendant des journaux, des magazines et des marchandises de seconde-main dans la rue. Ces enfants ont aussi été enlevés des rues, conduits au camp d’entraînement de Kolfe et obligés de pratiquer des “sports” militaires. Il ont ensuite dû signer des déclarations écrites selon lesquelles “ils ne vendraient plus de journaux ou d’autres choses où que ce soit en ville”, puis ont été relâchés. Plusieurs de ces enfants ont aussi témoigné de leur désarroi à l’EHRCO. Il n’a pas été possible de joindre des exemples de ces plaintes, car les enfants ont peur de représailles plus sévères.

Jusqu’à maintenant, l’EHRCO a enregistré 41 enfants qui ont été persécutés par la police (une liste est disponible au Secrétariat international de l’OMCT).

Action requise

Nous vous prions de bien vouloir écrire aux autorités éthiopiennes leur demandant:

i. d'adopter toutes les mesures nécessaires pour garantir l'intégrité physique et psychologique des enfants de la rue en Ethiopie;

ii. de mettre fin immédiatement à la persécution et au harcèlement de ces enfants;

iii. d’ordonner une enquête complète et impartiale sur les circonstances de ces événements, afin d'identifier les responsables, de les traduire devant un tribunal civil compétent et impartial et d'appliquer les sanctions pénales, civiles et/ou administratives prévues par la loi;

iv. de garantir le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales dans tout le pays conformément aux lois nationales et aux normes internationales des droits de l'homme, en particulier à la Convention relative aux droits de l’enfants.

Adresses

Son Excellence Dr Negasso Gidada, President of the Federal Republic of Ethiopia, Office of the President, P O Box 1031, Addis Ababa, Ethiopia. Fax : + 2511 552030

M. Mahteme Solomon, Minister of Justice, Ministry of Justice, P O Box 1370, Addis Ababa, Ethiopia. Fax : + 2511 550722

Veuillez aussi écrire aux représentations diplomatiques de l’Ethiopie dans vos pays respectifs.

Genève, le 12 février 2001

Veuillez nous informer de toute action entreprise en citant le code de cet appel dans votre réponse.
Inscrivez-vous

Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières actualités et alertes