Alerte: Variole du singe : Tirons les leçons du #Covid19 dans les prisons !
Bélarus
09.08.22

Bélarus-Ukraine : "Personne ne peut mieux comprendre un réfugié qu'un autre réfugié."

Il y a deux ans exactement, Artem Beliay était l'un des nombreux Bélarusses à avoir voté pour le changement et manifesté pacifiquement contre ce qu'ils - et bien d'autres dans le monde - considéraient comme une élection présidentielle truquée. Après avoir été détenu et torturé, le chef d'entreprise n'a eu d'autre choix que de fuir le Bélarus avec sa jeune famille. Son histoire est celle de sa région tourmentée : aujourd'hui réfugié en Pologne, l'homme de 34 ans vient en aide aux Ukrainiens contraints de fuir leur pays lors de l'invasion russe en février.

Que vous est-il arrivé en 2020 ?


Le 9 août, ma femme et moi avons rejoint une manifestation pacifique contre la fraude lors de l'élection présidentielle. J'ai été arrêté et torturé au centre de détention d'Akrestina, à Minsk. Après avoir été libéré, avec des amis avocats, nous avons déposé une plainte concernant mon arrestation illégale et mon traitement inhumain. La réaction a été rapide : la police et le KGB ont commencé à nous intimider, ma famille et moi. Ils ont même allégué que ma femme et moi étions alcooliques et toxicomanes et ont menacé d'emmener notre fille de quatre ans

Qu'est-ce qui vous a poussé à quitter le Bélarus ?

Nous avons reçu un message d'une personne inconnue sur (l'application de messagerie) Telegram. Il savait qui nous étions. Il a dit qu'une affaire pénale avait été ouverte contre moi, que je serais arrêté et m'a exhorté à fuir. Nous avions préparé une valise d'urgence car la situation dans le pays était très volatile. Tôt le lendemain matin, ma femme, notre fille et moi avons quitté le Bélarus.

Comment se sont déroulés vos débuts en Pologne ?


Nous avons passé les premières semaines en quarantaine en raison de la pandémie de Covid-19. Ensuite, les gardes-frontières nous ont dirigés vers un centre de distribution de réfugiés. Au début, nous nous sentions complètement perdus, craignant l'inconnu. En sécurité pour le moment, mais craignant que les autorités ne nous renvoient au Bélarus à tout moment. Nous n'avons respiré que lorsque nous avons été affectés dans un centre pour demandeurs d'asile près de la frontière, où nous avons rencontré des compatriotes bélarusses qui nous ont rassurés. Pour ma fille, tout cela était comme une aventure. Heureusement, c'est ainsi qu'elle voyait notre nouvelle vie en Pologne.

Comment vous êtes-vous adapté à la vie en Pologne ?

Nous avons eu doublement de la chance. Après six mois au centre, nous nous sommes inscrits sur la liste des logements sociaux dans une petite ville. Deuxièmement, l'OMCT nous a apporté une aide financière. Ces deux choses nous ont énormément aidés dans notre processus d'intégration car nous pouvions nous permettre des cours de polonais. Parler polonais a fait une énorme différence. Ma fille a commencé à répéter après nous pendant que nous étudiions à la maison, puis est allée à la maternelle. Maintenant, elle parle polonais sans accent.

J'ai trouvé un emploi dans une station de réparation automobile locale et ma femme travaille dans une animalerie, car elle est dresseuse de chiens professionnelle. Notre vie s'est stabilisée et nous pouvons commencer à planifier l'avenir.

Pourquoi avez-vous décidé d'aider d'autres réfugiés ?


Personne ne peut mieux comprendre un réfugié qu'un autre réfugié. Quand j'ai vu l'expression déconcertée sur le visage des Ukrainiens accompagnés de leurs enfants au centre de réfugiés près de chez moi, je me suis demandé si notre famille avait la même apparence en 2020. À l'époque, des étrangers nous aidaient, à la fois moralement et financièrement. Deux ans plus tard, avec d'autres Bélarusses, je me suis porté volontaire pour apporter de la nourriture et des médicaments au centre où les Ukrainiens étaient initialement accueillis. J'ai aidé des familles à trouver un logement temporaire, car de nombreux Polonais ont fourni des chambres gratuites. C'est à mon tour de redonner une partie de l'aide que nous avons reçue.

Inscrivez-vous

Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières actualités et alertes