Alerte: Afghanistan : Pour survivre, Freshta doit fuir son pays
26.09.22
Rapports

Variole du singe: Il est urgent de tirer les leçons de la pandémie de Covid-19 dans les lieux de détention

@shutterstock

Communiqué de presse

Genève, 26 septembre 2022

Alors que les premiers cas de variole du singe ont été confirmés derrière les barreaux, en particulier aux Etats-Unis, les gouvernements doivent veiller à ce que les droits humains des détenus soient au cœur des stratégies de prévention, de traitement et d'atténuation, a déclaré aujourd'hui l'Organisation mondiale contre la torture (OMCT) dans une note d’information.

« Les normes relatives aux droits humains sont passées au second plan alors que les gouvernements ont combattu et continuent de combattre la propagation du virus Covid-19 dans les lieux de détention, avec des conséquences dévastatrices sur la vie des personnes privées de liberté et de leurs familles », a déclaré Helena Solà Martín, conseillère principale en politique légale à l'OMCT. "Il est urgent de tirer les leçons de la pandémie de Covid-19 et de les appliquer pour répondre à l'urgence sanitaire liée à la variole du singe".

Environ deux millions de personnes sont privées de liberté dans les prisons et autres lieux de détention aux États-Unis - y compris les centres de correction pour mineurs, les centres de détention pour migrants et les hôpitaux psychiatriques. Plus de 11 millions de personnes sont détenues dans des établissements pénitentiaires à travers le monde. Des taux élevés de surpeuplement et un nettoyage et une ventilation inadéquats augmentent considérablement le risque d'épidémies dans les lieux de détention, étant donné que la variole du singe se transmet par contact de peau à peau et avec des liquides corporels, c'est-à-dire par contact physique étroit.

Parallèlement à la promotion des alternatives à la détention, il est crucial de relever un défi majeur identifié lors de la pandémie de Covid-19 : le manque de transparence et d’accès à l'information pour les détenus, leurs proches et le public en général.

Les prisons doivent cesser d'être une boîte noire d'où sortent peu d'informations, d'autant plus maintenant qu'un autre virus dangereux et contagieux circule. Une communication basée sur des faits et des preuves scientifiques est cruciale pour éviter de stigmatiser les populations ou les groupes les plus touchés et pour permettre les comportements les mieux informés.

Étant donné que la période d'isolement peut durer de deux à quatre semaines, les autorités de détention doivent garantir le respect des droits des détenus en isolement médical. Un recours excessif et prolongé aux mesures d’isolement médical et aux mesures de quarantaine pendant la pandémie de Covid-19, atteignant souvent le niveau de l'isolement cellulaire, qui peuvent s'apparenter à de la torture et à d'autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, doit être empêché par tous les moyens dans le contexte de l'urgence de la variole du singe.

Dans la note d’information publiée aujourd'hui, l'OMCT énonce les principes généraux de base, s'appuie sur les bonnes pratiques et formule des recommandations aux États et à la société civile. La note d’information s'appuie sur la contribution d'experts et l'orientation fournie par le Groupe d'action de crise Covid-19 de l'OMCT*.

* Le Groupe d'action de crise de l'OMCT est un organe consultatif composé d'éminents experts dans les domaines de la détention, de la prévention de la torture, du système de justice pénale, de la santé, des droits de l'enfant, des droits des femmes et des défenseurs des droits humains. Pour plus d'informations, lisez nos Notes d’Orientation Covid 19 et détention: impacts, leçons et actions urgentes.

Lisez la note d'information ici.

L’Organisation mondiale contre la torture (OMCT) constitue la principale coalition internationale d’ONG luttant contre la torture et les mauvais traitements. Elle compte plus de 200 membres dans plus de 90 pays. Son Secrétariat international est basé à Genève, en Suisse.

Pour obtenir plus d’information, merci de contacter :
Iolanda Jaquemet, Directrice de la communication
ij@omct.org
+41 79 539 41 06

Inscrivez-vous

Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières actualités et alertes