Alerte: Appel urgent à lever les restrictions liées au Covid-19 en prison
09.05.22
Rapports

Covid-19 : Appel urgent à lever les restrictions interdisant les visiteurs dans les lieux de détention

Déclaration publique conjointe

Genève, le 9 mai 2022

Alors que le nombre de cas et de décès dus au Covid-19 continuent de diminuer dans la plupart des régions du monde, les mesures et les restrictions de santé publique sont assouplies à un degré sans précédent. Alors que les gens du monde entier retournent vivre leur vie aussi normalement que possible, les personnes détenues restent largement exclues d'un retour à la normale. Selon des groupes de défense des droits humains et des experts, les restrictions de leurs droits touchent encore aujourd’hui plus de 11 millions de personnes détenues dans des établissements pénitentiaires.

De nouvelles recherches menées par l'Organisation mondiale contre la torture (OMCT) indiquent que les mesures restreignant l'exercice fondamental des droits ont, dans de nombreux cas, été adoptées sans tenir compte des principes de légalité, de proportionnalité et de nécessité et avec un contrôle judiciaire très limité. Dans des pays comme le Honduras, le Togo, l'Ouganda et le Népal, pour n'en citer que quelques-uns, des interdictions générales de visites familiales et d'accès des organisations de la société civile aux lieux de détention se sont étendues sur de longues périodes. En conséquence, des milliers de personnes privées de liberté, dont plus de 250 000 enfants placés dans des centres de détention et plusieurs milliers de personnes détenues dans des lieux ne relevant pas du système de justice pénale, n'ont pas pu voir leur famille depuis deux ans.

Le processus et la méthodologie de recherche incluent la contribution de plus de 70 organisations de la société civile (OSC) et d'experts dans les domaines de la lutte contre la torture, de la détention, de la santé et de la santé publique. Aujourd'hui, ils appellent à une action urgente pour inverser l'isolement et la souffrance que de nombreux détenus continuent d'endurer dans le monde entier depuis que la pandémie de Covid-19 a été déclarée en mars 2020.

Si la préservation de la santé des détenus, rassemblés dans des lieux souvent surpeuplés, doit être une priorité absolue, les réponses doivent être guidées par une approche fondée sur les droits humains. L'égalité d'accès à la vaccination au Covid-19, l'équité en matière de promotion de la santé et de prévention des maladies, ainsi que la nécessité de garantir la santé mentale et émotionnelle et le bien-être des personnes détenues dans les lieux de détention sont cruciales.

Les restrictions de visites imposées par la pandémie ont eu un impact majeur sur la santé mentale et le bien-être émotionnel des détenus et de leurs familles, comme le développe notre nouvelle Note d'orientation "Briser les murs de l'isolement : Assurer le contact avec les familles des personnes privées de liberté dans un monde avec Covid-19". Des restrictions impliquant la suspension et la réduction des visites ont également été appliquées aux enfants privés de liberté, malgré l'existence de normes et de directives internationales affirmant la nécessité pour les enfants de maintenir un lien social, et en particulier des visites en personne par des membres de la famille et des structures et réseaux de soutien.

Nombre de ces restrictions et protocoles en place n'ont pas été communiqués aux détenus et à leurs familles. En fait, alors que la pandémie de Covid-19 a révélé l'importance accrue de l'information en temps de crise, notre nouvelle Note d'orientation "Briser les murs du silence : L'accès à l'information pour les détenus dans un monde avec le Covid-19", met en évidence le manque de données officielles, ou la fourniture de données non fiables ou manipulées, sur les cas de Covid-19, les taux d'infection, l'état de santé, les décès de personnes privées de liberté et la couverture vaccinale, entre autres questions d'intérêt public.

Le manque d'accès à l'information et l'isolement collectif auquel les détenus continuent d'être confrontés dans de nombreux pays, qui ont précédé le Covid-19 mais se sont aggravés depuis, ont de sévères conséquences sur le respect de l'interdiction absolue de la torture et des autres mauvais traitements. En outre, le manque de transparence et l'isolement des familles et du monde extérieur sont des facteurs de risque cruciaux pour l'augmentation des tensions et de la violence dans les centres de détention.

L'OMCT, les OSC et experts signataires appellent les États et les autorités pénitentiaires et autres autorités de détention, à :

- Respecter le principe de non-discrimination lors de la levée ou de l'assouplissement des restrictions liées au Covid-19. Les restrictions liées au Covid-19 dans les lieux de détention devraient être alignées sur la suppression progressive des restrictions pour la population générale. Toutes les restrictions injustifiées empiétant sur les droits humains fondamentaux doivent être levées immédiatement ;

- Garantir le droit de communiquer avec le monde extérieur et de recevoir des visites régulières : les restrictions aux contacts familiaux, qui sont un droit fondamental garantissant la dignité et le bien-être des personnes en détention et protégeant le droit de ne pas être soumis à la torture et à d'autres mauvais traitements, doivent être prévues par la loi, adoptées uniquement lorsqu'elles sont strictement nécessaires (lorsqu'il n'existe pas d'alternatives moins nocives), pour une durée limitée et soumises à un contrôle judiciaire périodique ;

- Garantir l'accès à tous les lieux de privation de liberté aux avocats, aux mécanismes nationaux de prévention (MNP) et autres organes de contrôle indépendants, y compris les OSC, ainsi qu'au personnel médical, avec tous les protocoles sanitaires et de sécurité requis ;

- Soutenir le droit des personnes privées de liberté à recevoir des informations fiables, précises et actualisées ;

- Adopter et rendre public un protocole sur les situation d’urgence ou de crise (que ce soit un nouveau variant du Covid-19 ou toute autre situation), comprenant les mesures à prendre : garantir la transparence (conférences de presse régulières, bulletins, accord avec le MNP, etc.); prévenir la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants et garantir l'accès à des mécanismes de plainte indépendants ; garantir des contacts significatifs et fréquents des détenus avec le monde extérieur, leurs familles et leurs avocats en particulier;

- Les personnes privées de liberté qui ont été soumises à un isolement de leur famille et de leur réseau social devraient avoir droit à des mesures compensatoires, y compris l'accès à des programmes de libération anticipée et conditionnelle. L'accès aux services de santé mentale est primordial et devrait être garanti et élargi aux détenus et à leurs familles.

Appeler les organisations de la société civile et le mouvement anti-torture à :

- Se joindre à l'appel à la levée des politiques de fermeture, en s'appuyant sur les motifs de santé, de droits de l'homme, de sécurité et de gouvernance pénitentiaire avancés dans les nouvelles notes d'orientation ;

- Continuer à promouvoir des stratégies, y compris des stratégies de plaidoyer, de campagne et de litige, pour faire reculer l'enracinement de restrictions injustifiées et pour déclencher une augmentation de la transparence dans des administrations de détention traditionnellement opaques ;

- S'engager auprès des organismes internationaux, notamment en soumettant des rapports alternatifs aux organes de traités des Nations unies, afin de fournir des détails sur l'impact de la pandémie et des restrictions qui y sont liées dans les lieux de détention et de plaider en faveur d'un plan de préparation et d’une réponse fondée sur les droits de l'homme en cas de nouvelle épidémie ou d'urgence.

Appeler les chercheurs et chercheuses à :

- Évaluer plus avant l'impact des politiques de fermeture sur la santé et l'intégrité personnelle des personnes privées de liberté, y compris sur leur droit à ne pas subir de torture ou d'autres mauvais traitements ; identifier les mesures d'atténuation et de réparation les plus urgentes et les plus appropriées ; émettre des recommandations pour les phases futures de la pandémie de Covid-19, y compris une éventuelle transition d'un stade pandémique à un stade endémique, et dans le contexte de programmes de réforme à long terme.

Lisez nos notes d'orientation :

Anglais: Guidance Note no. 1; Guidance Note no. 2.

Français: Note d'orientation no. 1; Note d'orientation no. 2.

Espagnol: Nota de orientación no. 1; Nota de orientación no. 2.

Russe: Pекомендательная записка no 1; Pекомендательная записка no 2.

Portugais: Nota de orientação no. 1; Nota de orientação no. 2.

Liste des experts et des organisations de la société civile signataires :

Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT)

Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture (ACAT) - Cameroun

Asociación Irídia - Centro para la Defensa de los Derechos Humanos – Espagne

ACAT Italia, Azione dei Cristiani per l’abolizione della tortura - Italie

Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (ACAT) - Tchad

Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture (ACAT) – Cameroun

Adam Bodnar, Professeur de Droit SWPS University of Social Sciences and Humanities (membre du Covid-19 Crisis Action Group de l’OMCT), Pologne

Addameer Prisoner Support and Human Rights Association - Palestine

Advocacy Forum – Nepal

AdvocAid - Sierra Leone

Africa End Sexual Harassment Initiative (AESHI) - Kenya

Al Mezan Center for Human Rights - Palestine

Alliance pour l'Universalité des Droits Fondamentaux (AUDF ONG)- Republique Démocratique du Congo (RDC)

Alternative Espace Citoyens (AEC) - Niger

Antigone - Italie

Association for Human Rights in Central Asia (AHRCA), Ouzbékistan / France

Association Malienne pour la Survie au Sahel (AMSS) - Mali

Association Marocaine des Droits Humains (AMDH) - Maroc

Beladi Organization for Human Rights - Libye

Bulgarian Helsinki Committee, Bulgarie

Camilo Eduardo Umaña Hernández - Professeur de Droit Universidad Externado de Colombia - Colombia

​​Centre for Human Rights and Democracy in Africa (CHRDA) - Cameroun

Centro de Derechos Humanos Paso del Norte - Mexique

Centro de Estudios Legales y Sociales (CELS) - Argentina

Centro de Estudos de Criminalidade e Segurança Pública, Universidade Federal de Minas Gerais - Brazil

Centro de Prevención Tratamiento y Rehabilitación a las Víctimas de Tortura y sus Familiares (CPTRT) - Honduras

Changement Social Bénin - Bénin

Children’s Fund of Kazakhstan - Kazakhstan

Civil Society in the Penal System Association (CİSST) - Turquie

COFAVIC - Venezuela

Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT) - Togo

Comisión de Derechos Humanos (COMISEDH) - Perú

Comité de Familiares de Detenidos Desaparecidos en Honduras (COFADEH) - Honduras

Committee Against Torture – Russie

Conectas Direitos Humanos - Brésil

Cross Cultural Foundation - Thaïlande

Documenta - Mexique

Egyptian Commission for Rights and Freedoms - Égypte

FIACAT - Fédération internationale des ACAT (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture)

Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES) - Tunisie

Gabinete de Assessoria às Organizações Populares (GAJOP) - Brésil

Human Rights Alert (HRA) - Inde

Human Rights Association (İHD) -Turquie

Human Rights Center - Georgie

Human Rights Organization of Nepal (HURON) - Nepal

Hungarian Helsinki Committee (HHC) – Hongrie

Independant Medico-Legal Unit (IMLU) - Kenya

Instituto de Terapia e Investigación sobre las Secuelas de la Tortura y la Violencia de Estado (ITEI) - Bolivie

KontraS - Indonésie

Libyan Crime Watch - Libye

Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH) - Tunisie

Medical Action Group,Inc - Philippines

Mouvement Ivoirien des Droits Humains (MIDH) - Côte d’Ivoire

Observatorio del Sistema Penal y los Derechos Humanos (OSPDH) de la Universidad de Barcelona – Espagne

Odhikar - Bangladesh

Organisation contre la torture en Tunisie (OCTT) - Tunisie

Pastoral Social – Caritas. Diócesis de San Pedro Sula - Honduras

Physicians for Human Rights

Prisoners' Rehabilitation and Welfare Action (PRAWA) - Nigeria

Promo LEX Association - Republique de Moldavie

Public Organization “Human Rights Center”- Republique de Tadjikistan

Public Verdict Foundation, Russie

Dr. Ranit Mishori, Professeur de Médecine Familiale Georgetown University et Senior Medical Advisor Physicians for Human Rights (membre du Covid-19 Crisis Action Group de l’OMCT) - États-Unis

Rede Justiça Criminal - Brésil

Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO) - Sénégal

Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique Centrale (REDHAC) - Cameroun

Reseau pour la Migration et le DEVeloppement (REMIDEV)- Sénégal

SALAM DHR - Bahreïn

Servicio Paz y Justicia (SERPAJ) - Uruguay

Sociedad de Profesionales por la Dignidad y Justicia - Guatemala

Solidarity Centre - Kenya

SOS Information Juridique Multisectorielle (SOS IJM Asbl) - République Démocratique du Congo

SUARAM - Malaisie

Susanna Marietti, coordinatrice nationale, Antigone (membre du Covid-19 Crisis Action Group de l’OMCT) - Italie

Tawergha Youth Organization - Libye

The Kenyan Section of the International Commission of Jurists (ICJ Kenya) - Kenya

Una Ventana a la Libertad – Venezuela

United Against Torture Coalition (UATC) - Philippines

Youth for Human Rights Documentation (YHRD) - Inde

Cette déclaration a été discutée et approuvée par le Groupe d'action sur la crise du Covid-19 de l'OMCT, un organe consultatif composé d'éminents experts dans les domaines de la détention, de la prévention de la torture, du système de justice pénale, de la santé, des droits de l'enfant, des droits des femmes et des défenseurs des droits humains. Pour plus d'informations, lisez nos notes d'orientation.


Pour plus d'informations, veuillez contacter :

Iolanda Jaquemet, Directrice de la communication.

ij@omct.org,

+41 79 539 41 06


Inscrivez-vous

Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières actualités et alertes