Alerte: Notre rapport annuel interactif est en ligne. Consultez-le ici!

La torture détruit les sociétés

La voix mondiale pour mettre fin à la torture

La pandémie de Covid-19

©REUTERS/Luisa Gonzalez

L’Organisation mondiale contre la torture travaille avec 200 organisations membres qui luttent pour mettre fin à la torture et aux mauvais traitements, aider les victimes et protéger les défenseur.e.s des droits humains en danger, où qu'ils se trouvent.

Ensemble, nous constituons le plus grand groupe international actif dans la lutte contre la torture dans plus de 90 pays. Nous nous efforçons de protéger les membres les plus vulnérables de nos sociétés, notamment les femmes, les enfants, les populations indigènes, les migrants et d’autres groupes marginalisés. Pour atteindre cet objectif, nous plaidons auprès des gouvernements afin de les encourager à modifier et à appliquer leurs lois et leurs politiques, nous aidons les victimes à obtenir justice et veillons à ce que les auteurs soient traduits en justice. Parce que la torture ne saurait être tolérée et que la dignité humaine n’est pas négociable.

En savoir plus

Ce que nous faisons

Nous travaillons pour mettre fin à la torture, aux exécutions extrajudiciaires, aux disparitions forcées et à d’autres violations graves de nos droits humains communs. Nous offrons une aide médicale, légale et sociale à des centaines de victimes de torture et travaillons avec des avocats du monde entier afin de traduire les auteurs en justice. Nous sommes également l’un des plus grands groupes internationaux à soutenir les défenseur.e.s des droits humains qui sont menacés à cause de leur travail.

Learn More

Où nous travaillons

Via nos 200 organisations membres, nous sommes présents dans plus de 90 pays en Afrique, en Asie, en Europe et en Asie centrale, en Amérique latine, ainsi qu’au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Notre Secrétariat international est basé à Genève, en Suisse, et nous avons des bureaux à Bruxelles et à Tunis.

Passer à l'action

In all regions of the world, women and girls are subjected to violence because of their gender. Despite the fact that different social, cultural and political contexts give rise to different forms of violence, its predominance and its models are remarkably constant.

Inscrivez-vous

Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières actualités et alertes